Avis eSprinter : Clément nous parle de son essai

Le Mercedes-Benz eSprinter, le gros utilitaire électrique de la marque à l’étoile, est sur le marché depuis quelques mois. Il est disponible en fourgon avec deux capacités de batteries (41 kWh 119 km d’autonomie et 55 kWh 157 km d’autonomie). Le réseau Mercedes-Benz propose actuellement des essais de sa gamme électrique. C’est dans les Ardennes à la COVEMA (Charleville-Mézières) que nous nous sommes rendus pour aller recueillir l’avis de potentiels clients lorsqu’ils sont venus se mettre au volant d’un des utilitaires exposés. Découvrons l’avis de Clément chez APE. APE est une société de peinture, ravalement et isolation par l’extérieur de plus de 80 salariés et qui possède plus de 40 véhicules utilitaires Sprinter, Vito, Citan. Clément prend donc le volant et nous voilà partis pour recueillir son avis sur le eSprinter en live.

Pouvez vous nous parler de votre flotte d’utilitaires

Clément : « Le choix de n’utiliser que des utilitaires Mercedes a été fait il y a 15 – 20 ans. On fait énormément de kilomètres, on travaille sur deux départements et parfois plus loin. Il nous faut des utilitaires qui roulent. C’est au départ une relation purement commerciale et après ils ont une très bonne équipe au niveau des utilitaires, on est satisfaits des produits et du service. Nous ne sommes pas assez gros pour avoir un mécano qui ferait l’entretien des véhicules, alors on fait tout chez COVEMA.

Clément nous donne son avis sur le eSprinter. Sa société APE dans les Ardennes a plus de 40 véhicules utilitaires et est spécialisée dans la peinture, le ravalement et l'isolation.
Clément nous donne son avis sur le eSprinter. Sa société APE dans les Ardennes a plus de 40 véhicules utilitaires et est spécialisée dans la peinture, le ravalement et l’isolation.

La qualité de Mercedes-Benz n’est pas à démontrer, c’est comme sur les voitures particulières, la qualité est là et ça se ressent au long terme sur les kilomètres, les problèmes sont vraiment rares. Ça a un coût mais qui n’est pas si important que ça. Pour une entreprise, c’est forcément quand même la gestion qui compte, si c’était vraiment plus cher on aurait changé.

Il y a un roulement assez conséquent dans les renouvellement, je dirais 5 ans et les utilitaires sont tous achetés neufs, pas de LLD. On a des Sprinter, des Vito, des Citan. Les Vito sont plutôt pour les équipes en peinture intérieure. Les Sprinter pour les travaux extérieurs là où il y a besoin de plus de matériel et les Citan pour l’intérieur et le magasinier. »

Quel est votre avis sur le eSprinter ?

« La COVEMA m’a contacté pour me faire essayer le eSpinter électrique. Moi, j’étais curieux de voir ce que ça donnait, on commence déjà sur le parc automobile à faire la transition écologique avec des hybrides, on est sensibilisés à ça pour les voitures. L’essai du eSprinter est concluant, j’étais emballé, hormis pour l’instant l’autonomie pour les Sprinter qui est gênante pour le moment. Par contre pour un Citan ou un Vito qui ne resterait pas loin sur les Ardennes ça serait bien. Pour les appels d’offre pour l’instant on n’est pas gênés, mais on a une démarche volontariste et on est incité à verdir la flotte, il ne faut pas se le cacher mais ça n’est pas plus mal.

Le véhicule est agréable en, terme de confort, c’est le mot qui vient en premier quand on essaie un tout électrique, il y a beaucoup de couple immédiat, à l’utilisation, c’est très agréable. Pour les gars après une journée de travail, je pense que ça sera plus reposant. On a pour le moment un petit problème de kilométrage pour l’autonomie. Pour le eSprinter, ça pourrait servir pour le magasinier qui va livrer ou aller chercher des produits, c’est envisageable. Par contre pour les équipes qui se déplacent, il nous faudrait au moins 300 km réels d’autonomie. On va changer en douceur, quand on renouvellera les véhicules.

LE eSprinter pourrait bientôt être utilisé par le magasinier pour livrer et transporter les matériaux.
LE eSprinter pourrait bientôt être utilisé par le magasinier pour livrer et transporter les matériaux.

On regardera aussi les aides, ça orientera vers tel type de véhicule mais je pense qu’à terme on sera tous en électrique. Déjà on ne pourra plus entrer dans certaines villes. Nous, dans les Ardennes il n’y a pas vraiment de grandes villes mais je pense ça arrivera certainement plus vite qu’on ne le croit. Il faudra faire des changements et il n’y a pas de raison de ne pas changer. La seule chose c’est l’autonomie, hier j’ai fait plus de 600 km, si on avait plus de km et un réseau de bornes plus conséquent, ça irait. Il faut que les infrastructures s’adaptent. L’électrique au début, on est un peu réticent mais quand on l’essaie tout va bien.« 

Est ce que la conduite évolue sur un électrique ?

« La conduite change aussi avec l’hybride, on s’amuse à regarder la consommation. On roule différemment, une conduite plus économique, on regarde ce qu’il reste dans la batterie, ça a un côté ludique. Au début, je n’y croyais pas forcément quand on me disait ça, mais on se prend au jeu. Je pense que pour la plupart des gens, ça vient tout seul, pour les salariés ça viendra aussi. Le gars  préférera rentrer plus tôt que de perdre du temps à recharger alors il fera attention ».

Pour info la batterie passe de 10% à 80% d’autonomie en 1/2 – 1 heure avec borne rapide et un peu plus de 4 heures sur une Wallbox.

Avez vous fait des calculs de rentabilité ?

« Pour le moment non, il faudrait que je voie avec la comptable. Mais j’imagine qu’à terme, il faut équiper notre parking de bornes, il faut voir comment amortir ça, le coût de l’électricité. A mon avis il y a un surcoût au départ mais ça sera je pense moins cher que le diesel. Le premier électrique nous servira de test. Dans l’année qui vient ça sera possible qu’on en achète un.« 

APE entreprise de peinture.
APE entreprise de peinture.
Lire d'autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -

Publicité

Rejoignez nous sur Facebook !

AccueilTémoignageAvis eSprinter : Clément nous parle de son essai